News Albacore
Accueil » Albacore presentz » Trop du culte : BLOODBATH – Breeding Death

Trop du culte : BLOODBATH – Breeding Death

2000/Century Media

Des groupes de death, il en existe un paquet, tout le monde s’accordera à le dire. A partir de là, difficile de se démarquer et d’attirer l’attention, à moins d’être précurseur (ex: Carcass), novateur (Cephalic Carnage, Coprofago), respecté (Morbid Angel, Cannibal Corpse), plus extrème que les autres (Hate Eternal, Mortician), plus doué (Death), plus charismatique (Six Feet Under) ou encore plus technique (Necrophagist). Ce 3 titres sorti par la dream team de Bloodbath s’apparente en fait un peu à toutes ces catégories, et a su apporter un véritable renouveau au genre en magnifiant ce qui avait fait son succès jusque-là. Une fois n’est pas coutume, c’est le morceau inaugural (éponyme) qui crève l’écran; énorme voix, riffs cartons, breaks malsains, accélérations meurtrières, on n’est pas trompé sur la marchandise et ça envoie du gros à tous les étages. Avec un son de gratte comme on en espérait plus depuis les premiers Dismember, « scie-sauteuse style », et des compos agencées avec un savoir-faire et un feeling incomparables, Bloodbath (c’est-à-dire les légendaires Dan Swanö et Mikael Äerfeldt, plus des membres de Katatonia) injecte à l’époque, en tout juste 13 minutes, un death metal bien old school salvateur dans lequel on retrouve tout ce qui a pu faire le succès du métal de la mort (scandinave essentiellement) bien direct du début des années 90. Les 2e et 3e morceaux, s’ils s’avèrent moins marquants que Breeding death (mais l’entreprise était ardue), restent deux pains dans le crâne à éviter un lendemain de cuite. Quant aux covers (celle de l’album et celle du cd), elles sont somptueuses (dans leur style!) et complètent parfaitement l’atmosphère old school dont se réclame ouvertement le groupe. Resurrection through carnage et Nightmares made flesh, les deux albums qui succédèrent à ce mini-cd, sont ensuite venus confirmer la qualité et la personnalité plutôt uniques de ce projet, dont on espère une nouvelle sortie le plus tôt possible. En attendant, vous avez toujours le choix entre les deux skeuds que nous venons d’évoquer, les derniers Katatonia, excellents, la discographie récente de la « team » Akerfeldt, Opeth (il y a de quoi faire!), et les dernières incarnations de l’inspiration de Dan SwanÖ (l’album « Moontower », le groupe Nightingale, etc). Et si vous ne jurez que par le old school, rien ne vous empêche de vous replonger dans « Brave murder day », « Morningrise » ou « Crimson ». Cependant, n’oubliez pas le petit dernier de la bande, notamment ce premier mini et son fabuleux 1er morceau. « Breeding deeeeeeath!! »

Syl Alba (publié à l’époque sur Yargla sous le nom de Sacha Disto)

Site officiel

A lire aussi

Général Tom Pouce – The Barnum Show (2014)

  2014/Autoproduction Si on cherche un tant soit peu à définir la musique de Général ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *