News Albacore
Accueil » Albacore presentz » Trop du culte : THE ARRS – Et la douleur est la même…

Trop du culte : THE ARRS – Et la douleur est la même…

2005/Pias

(Attendez, je vais chercher mon dictionnaire des synonymes métalliques… Voiiiilààà…)
Que dire ici ? Pain dans la gueule ? Pavé dans la mare ? Astéroïde qui décape tes hémorroïdes ? Préparez-vous, …Et la Douleur est la même représente l’annihilation plus qu’organisée de vos oreilles, de vos tympans et de votre cerveau, à l’ancienne, sans procès. La recette -un bon vieux hardcore aux forts accents métalliques-  pourrait paraître éprouvée mais elle est ici, au contraire, sublimée. Attention, dans cet album, les plages proposées n’ont rien de paradisiaques! Vérification faite (a-t-on le cœur suffisamment accroché?), on est prêt, dans un mélange de fébrilité impatiente et d’inquiétude jouissive, à se prendre un par un les assauts de l’escadron. Avis aux sado-masochistes de tous poils, si votre ambition est de prendre dans la gueule (pour ce qui est de rendre, ce sera en live, pas avant… Mais je vous le conseille!), vous êtes servis. Inutile de chercher une tonne de qualificatifs, de « bulldozer » à « panzer » en passant par « serial killer » ou « dévastateur », tous seront superficiels, voire euphémistiques (au mieux, complémentaires) pour  définir la musique de ce drôle de groupe, une bande de furieux déboulant comme un cortège de messies dressed in black pour vous sortir de la torpeur et vous enfourner de gré ou de force, en l’espace d’un « pauvre » album d’une trentaine de minutes, dans un enfer remuant à tout va. Franchement, aucun moyen de se poser ici, ne serait-ce qu’une seconde, puisque même les accalmies sont écrasantes de lourdeur. Dans un monde de sourires feints, d’hypocrisie bienséante et de conformisme pratique, on dirait bien que The A.R.R.S. débarque pour nous libérer, que le mot « rentre-dedans » a été inventé pour eux. Alors je sais qu’emporté par mon enthousiasme, je me suis laissé dévoré par la « Passion »… Et je n’ai pas encore décrit grand-chose de la musique des parisiens! Alors sachez juste ceci: ce premier album est la quintessence de la violence, de la hargne que vous réclame votre subconscient depuis des lustres. Il est, riff après riff, l’assemblage du pire cauchemar de ceux qui aimeraient croire qu’écouter ce qui se fait en ce moment et le copier sans vergogne représente la meilleure méthode à suivre. Ce 10 titres est une dream team du hardcore « in your face » et du métal-obus unis pour le meilleur et pour le pire (comprenez pour le malheur des mécréants cités précédemment). Pour le meilleur donc. Si vous cherchez un skeud marteau-pilon, amalgame de ce que vous préférez dans la musique extrême mais qui n’apparaît pas comme du déjà entendu, épargnez-vous de futiles heures de recherche sur internet ou chez vos disquaires. Commencez par ça. Pour le reste, vous avez la vie devant vous…

Syl Alba (publié à l’époque sur Yargla sous le nom de Sacha Disto)

Fiche Encyclopaedia Metallum

A lire aussi

Général Tom Pouce – The Barnum Show (2014)

  2014/Autoproduction Si on cherche un tant soit peu à définir la musique de Général ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *